ZONES
pointille
filet haut
Actus & Bonus Nouveautes A_paraitre Catalogue A_propos Newsletter Contact

Suivez notre actualité sur :

Facebook   Twitter


  bt ok  

pointille


Parution :18/10/2018

Format 205 x 140 mm
Pages : 128
Prix : 12 euros
ISBN : 2-355-22132-4


barre
 
Auteur Presse Bonus Lire_ligne
filet article

Un essai passionnant raconte comment Henry Howard Holmes a utilisé les innovations de la révolution industrielle pour construire de ses mains un véritable temple du meurtre. […] L'essai d'Alexandra Midal est court, vif et se garde bien d'établir des conjectures hasardeuses ou de romancer l'ensemble, mais les soixante-quinze pages qui le composent sont absolument fascinantes. D'autant qu'elles sont accompagnées d'un document pour le moins précieux, une traduction des confessions livrées par H. H. Holmes au Philadephia Inquirer le 12 avril 1896, soit moins d'un mois avant qu'il ne soit exécuté par pendaison. […] Troublant jusqu’au bout.Thomas Messias, Slate 18/10/2018


En voilà un petit livre étrange et excitant. Son objet c’est H.H. Holmes, considéré comme le premier serial killer américain, convaincu d’avoir tué vingt-sept personnes dans les années 1880, même s’il est possible que ses victimes aient été beaucoup plus nombreuses. Escroc spécialisé dans l’arnaque à l’assurance-vie et la vente de squelettes aux facultés de médecine, il s’est mis très vite à faire le boulot lui-même : tuer pour toucher l’argent de l’assurance et couper, vider, dissoudre les corps pour vendre les os réajustés. […] Mais le sujet du livre, ce n’est pas Holmes lui-même, dont l’histoire a été maintes fois racontée (y compris par Martin Scorsese dans un film qui sortira l’année prochaine). Alexandra Midal est historienne du design. Or la thèse qu’elle défend avec brio tout au long du livre est la suivante : Holmes est un moment de l’histoire du design, sa face sombre (une sorte de anti-William Morris), un homme qui a interprété à sa manière particulière la rencontre de la production en série et du capitalisme.Xavier de La Porte, BiblioObs 15/10/2018


Par son usage d’une installation fonctionnelle ultramoderne mais aussi par sa volonté de standardiser la mort, Homes est [aux] yeux [d’Alexandra Midal] l’un des pionniers de la société industrielle. Elle en tire un essai qui se lit d’une traite, La Manufacture du meurtre. Ni analyse psychologique ni récit d’épouvante, son ouvrage est une réflexion sur la face cachée de nos sociétés modernes.Xavier de Jarcy , Télérama 14/11/2018


Jack l'éventreur, le plus grand sériai killer de l'histoire? Sans aucun doute le plus célèbre, mais pas forcément le plus efficace. Car à côté de l'Américain Henry Howard Holmes, le Londonien ferait presque figure d'anatomiste dilettante. Mais pourquoi un livre sur un tueur en série dans cette section consacrée aux ouvrages sur le design et le bâti? Parce que pour Alexandra Midal, l'effroyable Holmes a élevé le meurtre au rang de l'architecture. Professeur en théorie du design à la HEAD-Genève et à l'ENSCI à Paris, elle explique tout au long de 100 pages palpitantes comment la maison qu'il fait construire en 1886 à Chicago a été pensée dans le seul but de tuer et de faire disparaître les corps. Et en quoi, dans la capitale de l'équarrissage industriel, cet abattoir dédié aux humains met déjà en pratique les théories fonctionnalistes des modernes.Emmanuel Grandjean , Le Temps 01/12/2018


 baseline 
   mentions légales - plan du site - © éditions La Découverte, 2007