Conseils lectures : Christine Aventin

Vous ne savez pas quoi lire cet été ?

Voici quelques conseils, par des auteurs et autrices de la maison ! Ils vous présentent leur dernier livre paru, un livre qui leur a servi de source ou permis d’aller plus loin dans leur réflexion et, enfin, un livre qui leur tient particulièrement à cœur. Bref, de quoi remplir votre besace et vous accompagner à la plage, aux champs ou sur les sentiers – lectures tout terrain !

Cette semaine, la parole est à Christine Aventin.

 

“Avec les livres, comme en toute chose, j’aime à ne pas tout comprendre. C’est comme pour le vélo : à la voie verte aménagée au bord du canal, qui file droite et plane, je préfère les routes à fauchage tardif, avec des tournants, des descentes freins serrés et des montées pieds à terre. J’aime qu’il y ait du fil à retordre. Non par goût de la difficulté, mais par goût de l’aventure, et de la surprise. Les livres que j’aime, ils te donnent à la fin un sentiment de victoire, parce que bordel, ça y est, tu crois bien que t’as compris quelque chose de nouveau !

C’est pour ça que j’aime Isabelle Stengers. J’ose dire que c’est elle qui m’a appris à penser. Et si je dois nommer un livre fondateur, sans la moindre hésitation, je nomme : La Sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement. Ce livre, pour la toute première fois de mon histoire, m’a donné les mots « empowerment » et « reclaim ». Quel cadeau ! Mais aussi les prises, très pragmatiques, de l’hypothèse sorcière, de l’objection de croissance, de l’interstice, de la capture, des multiplicités, de l’art des conséquences. C’est à partir de ce livre qu’a vraiment commencé, qui plus est dans la joie, le travail de mon devenir-pirate.

Parmi les questions qui m’agitent le plus en ce moment, il y a celle de la classe et de la récupération bourgeoise des luttes lesbiennes par le trendy-queer mais aussi par l’hétéronorme blanche. Je rumine pas mal – en compagnie de Sarah Schulman, La Gentrification des Esprits, et de Renate Lorenz, Art queer. Une théorie freak, deux livres publiés en 2018 par B42. And by the way : qui va se décider à traduire The Queer Art of Failure de Jack Halberstam ? « Being taken seriously means missing out on the chance to be frivolous, promiscuous, and irrelevant. The desire to be taken seriously is precisely what compels people to follow the tried and true paths of knowledge production around which I would like to map a few detours. » Je me demande si je ne vais pas finir par écrire une théorie plouc du macroclitoris.”

Les livres cités :

Christine Aventin, FéminiSpunk. Le monde est notre terrain de jeu, Paris, La Découverte, 2021.

Philippe Pignare et Isabelle Stengers, La Sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement, Paris La Découverte, 2007.

Sarah Schulman, La gentrification des Esprits. Témoin d’un imaginaire perdu, Paris, B42, 2018.

Renate Lorenz, Art queer. Une théorie freak, Paris, B42, 2018.

Voir le livre : FéminiSpunk
Défilement vers le haut