Au-delà des « fortifs », les anciennes fortifications de Paris, il y avait un espace en friche, une bande de terre sur laquelle on n’avait pas le droit de construire.

Sur cette zone réservée s’étaient bâties des habitations de fortune, des constructions légères, faites de bric et de broc, qui n’avaient pas le droit d’être là, mais qui occupaient le sol : c’était la « zone ».

Les « zones », ce sont des espaces périphériques, détournés et souvent louches, marginaux et subalternes, où se trament les rébellions.

Centré sur la contre-culture, l’activisme et les nouvelles formes de contestation et les théories critiques, le label Zones a été créé en 2007 aux Éditions La Découverte.

Le fil conducteur de son catalogue est la résistance à l’oppression, qu’il s’agisse d’en décrire les nouvelles formes, d’en retracer l’histoire, d’en révéler le fonctionnement et les techniques, mais aussi d’esquisser, à travers le récit des anciennes luttes et des conflits du présent, d’ici et d’ailleurs, le visage d’une nouvelle gauche de combat et d’ouvrir la voie à des alternatives.

Zones publie des ouvrages d’intervention critique sur l’actualité, des textes d’introduction militants, des livres issus des mouvements sociaux, des classiques oubliés, des enquêtes sociales, des récits de luttes, des textes de théorie critique, avec l’objectif de promouvoir une recherche ouvertement située et militante.

Zones combine la publication commerciale classique sur papier et la diffusion en libre accès sur Internet, en mettant gratuitement et intégralement en ligne la plupart de ses titres, sur le principe du Lyber initié en France par les éditions de l’Éclat.

Défilement vers le haut