Benchmarking

L'État sous pression statistique


Que vous soyez fonctionnaires ou salariés, vous devez toujours être plus performants, plus proactifs, plus autonomes. Vous serez impitoyablement comparés, notés, évalués. L’activité professionnelle devient une course effrénée au chiffre et à la performance. Ce phénomène a un nom. Inventé au début des années 1980 dans la firme américaine Xerox, le benchmarking se définit comme une méthode de management par l’évaluation compétitive.
En quelques décennies, ce petit instrument gestionnaire a conquis le monde, jusqu’à coloniser aujourd’hui la « gestion des ressources humaines » dans les services publics.
De New York à Bruxelles, des archives de Xerox à la préfecture de police de Paris, ce livre montre comment le benchmarking est devenu l’instrument de nouveaux rapports de domination entre les mains des bureaucraties contemporaines.
Comment le benchmarking se déploie-t-il aujourd’hui dans l’administration et les services publics français ? Dans la police, à l’hôpital et à l’université ? Quels sont les ressorts de la « discipline indéfinie » qu’il exerce sur les agents ? Mais ce livre ne s’en tient pas au constat. Les auteurs concluent en esquissant les contours d’un possible militantisme par les chiffres : le « statactivisme ».

Isabelle Bruno est maître de conférences à l’université Lille 2, chercheuse au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS). Elle est l’auteur de À vos marques®, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche (Éd. du Croquant, 2008).

Emmanuel Didier est chargé de recherche au CNRS (rattaché au Groupe de sociologie politique et morale/EHESS). Il est l’auteur de En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie (La Découverte, 2009).

 

 

Version Papier 18 €
Version Numérique 12,99 €
ISBN 9782355220333
ISBN numérique 9782355220616
Parution
Nb de pages 250
Dimensions 140 x 205 mm

Extraits Presse

Le benchmarking ne désigne pas ici la norme théorique utilisée en gestion financière pour discerner les écarts raisonnés. Il ne vise pas non plus le budget prévisionnel qui sert de référence et non pas de stricte nécessité. Le benchmarking considéré ici est un système de gestion des personnels. Ce système classe, sous peine de sanction morale ou financière, le travail de chacun par référence à la plus grande réalisation quantitative réalisée par un employé du même type. Ce stakhanovisme new-look, inauguré aux États-Unis par la firme Xerox, s’est répandu dans le monde entier, notamment dans la fonction publique. Les auteurs en présentent les principaux aspects négatifs, tant du point de vue théorique que pratique, dans trois institutions françaises : l’Université, l’Hôpital et la Police. Les auteurs ne prennent guère de risques dans ce livre militant. Résonne comme un cri de victoire la condamnation (pour sa gestion des personnels fondée sur cette pratique) de la Caisse d’épargne Rhône-Alpes Sud par le Tribunal de Grande Instance de Lyon en septembre 2012. En fait, les auteurs auraient pu épingler de la même manière toutes les pratiques fondées sur le culte des résultats quantitatifs, depuis les normes écologico-sociales (réclamées aux ONG par les grandes entreprises), jusqu’aux notations scolaires. Reste que, dans un monde de rareté, l’alternative à la gestion quantitative n’a pas encore été trouvée, ce qui justifie d’en dénoncer les abus.

Étienne Perrot - Études - 01/09/2013

Le benchmarking s’est imposé dans le monde du travail, tant dans le secteur privé que public. Si le terme n’est pas connu de tous, la pratique l’est : elle consiste à classer pays, organisations ou individus en fonction d’un certain nombre de critères fixés au préalable, puis de récompenser les plus performants tout en stigmatisant les derniers. Loin d’être une technique neutre comme le suggèrent les apparences, elle constitue au contraire un outil de direction des conduites, d’autant plus efficace que cette dimension politique est inaperçue. Chercheurs spécialisés dans l’étude de cet usage particulier des statistiques, les deux auteurs en retracent la genèse, dans la lignée des formes précédentes de disciplinarisation des salariés, ainsi que la manière dont elle s’est diffusée dans les administrations publiques depuis les firmes privées, par consultants interposés. Ils en illustrent enfin les implications néfastes dans trois secteurs distincts : la police, l’hôpital et l’éducation. Rédigé dans un style à la fois rigoureux et accessible, cet ouvrage est à verser d’urgence dans le débat public, à l’heure où la modernisation de l’action publique a remplacé la fameuse RGPP, sans que l’on sache ce qui a réellement changé, hormis le nom.

Igor Martinache - Alternatives économiques - 01/05/2013

Quiconque travaille dans le secteur public a droit depuis quelques années à deux lapidations, la première étant d’être vu comme un paria se tournant les pouces dans un bureau sombre et harcelant le petit entrepreneur, la seconde étant de subir les injonctions de sa hiérarchie par des indicateurs de performance et d’évaluation. Ce petit sévice nous vient d’une règle apprise chez Rank Xerox pour améliorer le rendement “le Benchmarking”. Que l’on soigne, que l’on enseigne, que l’on tente de faire rentrer les sous des contribuables de Suisse jusque dans le Lot, que l’on recherche, que l’on travaille au déneigement à Marseille ou à la Poste aux îles Kerguelen, on est noté, évalué, chargé de faire mieux, de faire de la qualité sous couvert de quantité. À coup de baromètres, d’indicateurs qui sont autant de sanctions, de palmarès, l’esprit managérial empoisonne le facteur et l’enseignant, et lui grappille du temps. Le management de la qualité est une course sans ligne d’arrivée.

Silence - 01/09/2013

Un ouvrage stimulant et fouillé qui questionne l’usage du benchmarking dans la sphère publique, à travers ses limites et ses dérives.

Nonfiction - 09/01/2014

Table des matières

Introduction  1.
Qu’est-ce que le benchmarking ?
Des outils problématiques
Indicateurs
L’esprit managérial
La LOLF
Zones d’ombre
2. Généalogie d’une « discipline indéfinie »
Le management de la qualité, « une course sans ligne d’arrivée »
Dantotsu, ou comment être le meilleur des meilleurs
Benchmarks : des chiffres pour convaincre, des cibles pour gouverner
3. Terrains d’expérimentation et de lutte
Police
Hôpital
Université
Conclusion. Statactivisme !

Des mêmes auteurs