Chez soi

Une odyssée de l'espace domestique

Le foyer, un lieu de repli frileux où l’on s’avachit devant la télévision en pyjama informe ? Sans doute. Mais aussi, dans une époque dure et désorientée, une base arrière où l’on peut se protéger, refaire ses forces, se souvenir de ses désirs. Dans l’ardeur que l’on met à se blottir chez soi ou à rêver de l’habitation idéale s’exprime ce qu’il nous reste de vitalité, de foi en l’avenir.
Ce livre voudrait dire la sagesse des casaniers, injustement dénigrés. Mais il explore aussi la façon dont ce monde que l’on croyait fuir revient par la fenêtre. Difficultés à trouver un logement abordable, ou à profiter de son chez-soi dans l’état de « famine temporelle » qui nous caractérise. Ramifications passionnantes de la simple question « Qui fait le ménage ? », persistance du modèle du bonheur familial, alors même que l’on rencontre des modes de vie bien plus inventifs…
Autant de préoccupations à la fois intimes et collectives, passées ici en revue comme on range et nettoie un intérieur empoussiéré : pour tenter d’y voir plus clair, et de se sentir mieux.

Mona Chollet est journaliste au Monde diplomatique.

 

 

Version Papier 17 €
Version Numérique 11,99 €
ISBN 9782355220777
ISBN numérique 9782355220920
Parution
Nb de pages 330
Dimensions 140 x 205 mm

Extraits Presse

Comme Virginia Woolf réclamait une chambre à soi, Mona Chollet réclame du temps à soi. Papillonnant entre Annie Ernaux et Gaston Bachelard, blogs de déco et contes de son enfance, elle montre les enjeux qui se bousculent dans nos pénates. Du scandale des SDF à l’irruption d’Internet dans nos salons, de la tyrannie du couple aux nouveaux habitats collectifs, elle incite à penser le domicile dans sa dimension politique, notamment en enjoignant chacun à assumer les taches ménagères, pour garder la mesure d’une vie raisonnable. Dans cette logique, le temps, ce n’est pas de l’argent. C’est une liberté, une stimulante utopie pour réconcilier féministes et fées du logis sans distinction de sexe.

Marguerite Baux - Elle - 14/05/2015

Être casanier en 2015, est-ce ringard ? À partir de son expérience personnelle – habiter dans un petit appartement parisien et aimer s’y lover en alternant lecture d’un bon bouquin et activité fébrile sur les réseaux sociaux -, l’essayiste Mona Chollet reprend à son compte la figure décriée du casanier, prétexte au déploiement d’une réflexion tout en finesse sur ce qu’est le “chez soi” aujourd’hui. […] La journaliste du Monde diplomatique tient tout du long cette ligne de crête entre voix singulière et réflexion politique. Elle propose un matériau foisonnant empreint de tonalités proustiennes, qui se lit d’une traite.

Céline Mouzon - Alternatives économiques - 01/10/2015

L’ambition de ce livre est donnée d’emblée par son sous-titre en forme d’oxymore : « Une odyssée de l’espace domestique ». Journaliste au Monde diplomatique, Mona Chollet entreprend en effet, dans ce texte foisonnant, de faire du « chez-soi » un objet d’étude légitime dont les enjeux dépassent les limites du privé. Car si le sweet home est bien un espace protecteur contre les désordres du monde, c’est aussi un lieu où se lisent les tensions sociétales du moment : la flambée des prix du logement, la centralité du travail, les exigences de rentabilité, l’exploitation de nouvelles formes de domesticité.

Frédéric Letourneux - Sciences humaines - 01/09/2015

C’est un livre pour les casaniers honteux. Les amoureux contrits du lit, du frigo, de la télé, de la radio, de l’ordinateur allumé et des bouquins qu’on feuillette à l’heure du déjeuner. C’est un livre pour les glandeurs, les vrais, ceux qui, comme la journaliste et essayiste Mona Chollet rechignent à voyager et préfèrent raconter le monde depuis leur canapé. Chez soi est un livre utile. Parce qu’à l’heure des réseaux sociaux il propose la réhabilitation consciente de son foyer, comme dernier rempart contre l’éparpillement et la fragmentation de l’individu. Là-bas, c’est dehors. Ici, c’est bien aussi.

Marie Vaton - 23/04/2015 - L'Obs

Mona Chollet n’est ni sociologue, ni ethnologue, ni cuisinière, ni ménagère, ni bricoleuse. Mais casanière, oui ! Elle n’aime rien tant que rester entre ses quatre murs, semblables à ceux que l’on dessinait, enfant, avec une cheminée qui fume sur le toit. Offrant un abri à nos vies éparpillées, elle revendique et raconte comme personne ce quant-à-soi imprègne de lenteur et de plénitude qui vous baigne en ce lieu de repli, tellement méprisé par l’aventurier voyageur ou par le citoyen de l’arène publique.

Marie-France Vigor - Psychologies - 01/05/2015

Dotée d’un solide bagage théorique et d’un évident sens de la punchline […] l’essayiste publie […] un voyage sociologique, politique et intime dans nos intérieurs. […] Éclectique et pop, cet ouvrage nous fait considérer autrement le « chez-soi » : qu’on se le dise, notre table basse est, elle aussi, politique.

Johanna Luyssen - Libération - 04/04/2015

Honte de ces heures seule chez vous à vous prélasser tel un chat ? Mona Chollet vous décomplexe. Casanière invétérée, l’essayiste revisite avec intelligence et fierté la notion d’espace privé. Comment investissons-nous nos apparts ? Internet a-t-il mis fin à l’intimité du foyer ? (ouf la réponse est non). Comment l’espace domestique n’échappe pas aux mécanismes de domination qui traversent la société. À lire dans un bain chaud tranquille chez soi.

Stylist - 30/04/2015

Le lecteur se laisse volontiers conduire dans ce parcours simple mais profond, il s’émerveille de voir l’auteure traiter avec une éblouissante sincérité les vraies questions qui se posent dans le quotidien de chacun et surmonter l’apparente banalité du thème étudié par une analyse fine et subtile de la vie sociale de notre époque, et surtout le lecteur a plaisir à voir tant de thèmes sérieux abordés avec un humour qui fait du bien.

Dominique Arlettaz - L'Hebdo - 29/10/2015

Avec Chez soi, la journaliste et essayiste Mona Chollet propose « une odyssée de l’espace domestique ». En déconstruisant les préjugés qui pèsent sur les casaniers, elle fait du logis une base arrière nécessaire et salvatrice.

Diane Lisarelli - Les Inrockuptibles - 20/05/2015

Le domestique au contraire de la domesticité. Le chez soi, au contraire de l’entre-soi. Et surtout pas le royaume « des fées du logis ». C’est ce qu’à tenté d’exprimer ici-  dans une belle écriture, souple et agréable-  Mona Chollet.

Olivier Doubre - Politis - 04/06/2015

Rabattez-vous sur l’épatant essai de Mona Chollet, Chez soi, une odyssée de l’espace domestique, qui vous aidera à enfin assumer votre mode de vie casanier.

Marie Claire - 01/12/2015

Table des matières

Introduction. Alambics existentiels
1. La mauvaise réputation. « Sors donc un peu de cette chambre ! »
Les vertus surestimées du mouvement perpétuel
Routes de terre, routes de papier
Tours d’ivoire assiégées
Plaidoyer pour mon carton à chapeaux
Le recours à l’antre
2. Une foule dans mon salon. De l’inanité des portes à l’ère d’Internet
Un trou noir au pouvoir d’attraction irrésistible
Une « dilatation du moi »
De pauvres gens qui n’ont pas de vie ?
3. La grande expulsion. Pour habiter, il faut… de l’espace
Vies entravées
Comment hériter ?
L’ère des contorsionnistes
S’adapter, mais jusqu’où ?
Le graal de la propriété
Se sauver tous ensemble ou pas du tout
4. À la recherche des heures célestes. Pour habiter, il faut… du temps
L’éléphant au milieu du couloir : le travail
Le carcan des horaires
Derniers bastions
Un coup de force dans les têtes
Malades de l’efficacité
Aperçus de la délivrance
Un détour par le Sud
Pensées enchaînées
5. Métamorphoses de la boniche. La patate chaude du ménage
« Vous êtes comme des poubelles pour nous »
Moderniser l’exploitation
De la servante-compagne à la compagne-servante
« Les mains d’une femme dans la farine »
« Nous ne voulons rien concilier du tout »
6. L’hypnose du bonheur familial. Habiter, mais avec qui ?
Les sirènes du conformisme
Vendre la famille aux femmes
Combats avec l’Ange
Éloigner les hommes et les femmes
Les explorateurs
Le couple autrement
Vivre seul, la terreur ultime ?
Des familles d’amis
7. Des palais plein la tête. Imaginer la maison idéale
Fantasmes et réalités
Bâtir ou briller
Abandon au tropisme japonais
Comment Terunobu Fujimori a sauvé mon regard
Une architecture pour tous ?
Construire, c’est se construire
Inventer la hutte mitoyenne.

Du même auteur