Le président des riches

Enquête sur l'oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy


Petits chèques entre amis, dîners mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse … L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système.
Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les coulisses du règne de Nicolas Ier. En brossant la chronique des premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, stock-options et cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe.
Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches.

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sont sociologues et anciens directeurs de recherche au CNRS.

 

Ce titre est maintenant disponible au format poche aux Éditions La Découverte.

 

 

ISBN 9782355220180
Parution
Nb de pages 228
Dimensions 140 x 205 mm

Extraits Presse

Les livres sur Sarkozy ont un côté Tintin : Sarkozy au Fouquet’s, Sarkozy et les médias, Sarkozy et fiston, Sarkozy et le 9-2, Sarkozy et TF1… Les Pinçon-Charlot nous donnent un Sarkozy et les riches, qui marche. Le livre vient à point. C’est un art dans les sciences humaines et sur les questions de société d’arriver au moment opportun. Certains des livres sur le même sujet sont venus avant que l’illusion du dynamisme («le président de la rupture») et de la franchise («je vais vous dire, moi, Monsieur…») ne se soit dissipée. Maintenant que le lapin Duracell a les batteries qui faiblissent, que le dynamisme est devenu de la nervosité et la franchise de la vulgarité, il est temps de synthétiser. Tout y passe donc : le bouclier fiscal, les niches et paradis du même nom, les réseaux, les médias, Neuilly, les Hauts-de-Seine, la famille, les fistons, les clients de l’avocat. N’en jetons plus : le livre fait la preuve par le trop plein. On en viendrait presque à regretter Chirac et les bidouillages d’emplois fictifs… C’est moins un système lourd et bien rôdé, à mi-chemin entre bureaucratie et institution comme l’Etat-RPR, qu’une sorte de prédation de blousons dorés dont le quartier général serait descendu du Drugstore au Fouquet’s. […] Dans la conclusion de leur livre, nos deux auteurs recommandent de «restituer l’intelligibilité des rapports de classe» – pas à grands coups d’analyses mais d’ethnologie et d’information sur la réalité des situations et des comportements. Ils ont bien raison, sauf que si c’était le cas, ça risquerait d’être la révolution tout de suite. Les sociétés se maintiennent parce que la ségrégation sociale dissimule à quel point les inégalités sont énormes. Et elles n’ont pas cessé de grandir ces dernières années.

Yves Michaud - Libération - 02/12/2010

Leur vie durant, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont scientifiquement décrit les us et coutumes de l’aristocratie française, ses chasses à courre, ses arbres généalogiques à particule, son entre-soi. Désormais, les inséparables ont quitté le CNRS et, s’ils creusent le même sillon, leur registre est radicalement différent : le regard reste celui du sociologue, mais la plume est celle du combattant marxiste. Cette fois, “les Pinçon” hissent le drapeau rouge: en passant au crible celui qu’ils appellent “le président des riches”, Nicolas Sarkozy, ils s’appliquent à démonter les mécanismes de l'”oligarchie au pouvoir” afin d’armer idéologiquement les “dominés”. […] Leur ouvrage, en huit chapitres tranchants, n’est pas un livre de révélations. Il a néanmoins le mérite de mettre en perspective le chapelet d’informations qui rythment, depuis trois ans, l’étourdissante chronique du sarkozysme. Efficace: en prenant le temps de la compilation, les deux sociologues agglomèrent la mitraille pour en faire un obus.

Marianne

C’est un livre de combat. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont passé leur vie de sociologues à examiner à la loupe les riches et les puissants, avec l’idée bien ancrée qu’ils ne doivent leur richesse qu’à la bonne fortune de leur naissance, à leur héritage culturel, éducatif et financier bien plus qu’à leurs qualités innées, ce qu’ils ont eu le talent de faire oublier. Les Pinçon l’ont patiemment démontré à travers quinze ouvrages, Le Président des riches prouve qu’ils ne s’assagissent pas avec le temps. […] L’inventaire est minutieux et argumenté, les Pinçons proposent en conclusion “de lancer des propositions pour contrecarrer le fonctionnement de l’oligarchie”. D’abord par “la vigilance”, dont le livre se veut un premier pas. Ensuite en mettant fin au cumul des mandats, en nationalisant les banques, en supprimant la Bourse… “Il faut faire des riches notre exemple, concluent les chercheurs. Leur puissance est due à leur solidarité.”

Le Monde

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, chercheurs de la haute, docteurs en grande bourgeoisie, sont les spécialistes incontestés des cercles et des rallyes huppés. Ces deux- là nous ont beaucoup instruits et amusés avec leurs ouvrages sur les beaux quartiers, la chasse à courre, les châtelains et même, en avril dernier, les millionnaires du Loto. Des sujets légers – au moins en apparence -, explorés avec le sérieux qui sied à des directeurs de recherche du CNRS. Aujourd’hui, les Pinçon ne le sont plus, et ils se lâchent. Coming out tardif, mais total, de deux retraités qui n’ont plus rien à craindre. Leur Président des riches est un brûlot quasi marxiste contre le sarkozysme. Une dissection cinglante de cette «oligarchie au pouvoir» qui n’a jamais été aussi loin dans le cynisme et l’argent décomplexé.

Le Nouvel Observateur

Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot n’y vont pas de main morte dans leur dernier essai publié cette semaine, Le président des riches. Spécialistes de la haute bourgeoisie, les deux anciens directeurs de recherche au CNRS dénoncent le bling-bling présidentiel, les cadeaux aux “puissances de l’argent”, les “petits chèques entre amis, dîners mondains, Légions d’honneur et comptes en Suisse”.

Le Figaro

Avec Le président des riches, le couple de sociologues jette un pavé très instructif dans le marécage politico-financier. Leur enquête montre comment le chef de l’Etat, en bon avocat d’affaires, privilégie les financiers et les grands patrons de son entourage.

Regards

Vingt-cinq ans déjà qu’ils arpentent les beaux quartiers, fréquentent les châteaux et les hôtels particuliers, s’invitent à la table des grandes familles fortunées. Vingt-cinq ans qu’ils interrogent, auscultent, dissèquent l’organisation et les mœurs de la grande bourgeoisie française. Sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot forment un duo inséparable, dans la vie, depuis quarante ans, comme dans le travail. Le Président des riches est leur seizième livre en commun, plus engagé que les précédents, fort d’une enquête minutieuse, des actes et des faits. Évitant soigneusement tout jargon, il met en cause « l’oligarchie » au pouvoir en France. Discrets, modestes, la voix douce mais déterminée, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dressent un portrait inquiétant de notre démocratie.

Télérama

À eux deux, ils en agacent plus d’un et plus d’une. Depuis trente ans, ce couple de sociologues traque la bourgeoisie avec l’acharnement d’un procureur. Inlassablement, ils infiltrent tous les ghettos dorés où se terrent et se reproduisent les vilains dominants. Pour ces « archéos », Marx n’est pas mort, pas plus que la lutte des classes. Cette fois, ils se plongent avec rage dans le système Sarkozy, décrit comme le valet de l’oligarchie au pouvoir, serviteur zélé de « l’aristocratie de l’argent ». Bouclier fiscal, népotisme à l’Epad, clientélisme dans les Hauts-de-Seine : Le Président des riches est une bonne compilation de toutes les impostures et les turpitudes de la sarkozie.

Challenges

Table des matières

Introduction. De la lutte des classes à la guerre des classes
Le président sur tous les fronts
Une « drôle de guerre »
Connaître l’adversaire
1. Le Fouquet’s : les amis du CAC 40 au cœur de la fête
Le grand monde des affaires
Le petit monde de la politique
Du couvent au yacht
2. Les riches, premiers servis
Le bouclier fiscal : protéger les hauts revenus
Une question à cent sous – Les bénéficiaires du bouclier fiscal – Et le bouclier devient boulet – Le bouclier, frein à l’exil fiscal ?
Les niches fiscales, en veux-tu, en voilà
De nouvelles niches fiscales dès août 2007 – La demande est forte, l’offre est abondante – « Dans chaque niche il y a un chien qui mord » – Déficit public et niches fiscales
Des avantages fiscaux pour les héritiers
Les successions – Les donations – Des mesures favorables aux dynasties familiales fortunées
3. Une oligarchie au pouvoir
Les réseaux au travail
Le lacis des conseils d’administration – Les liaisons entre patrons et politiciens – Les magistrats sous contrôle – Les conseillers professionnels des princes – Une classe sociale au sens marxiste
Un président attentionné
Décorer les amis – La « gouvernance » des amis : François Pérol, un « patron » du président – Stéphane Richard, « la France que j’aime » – Henri Proglio, l’homme du président à EDF – « Il est quand même étonnant que, faisant fi de tout risque de conflit d’intérêt… » – Les petits cadeaux font les grands amis – Il faut sauver le soldat Tapie – Patrick Balkany, l’ami de Levallois-Perret – Le VRP des « grands contrats » – Une loi sur les bandes, mais lesquelles ?
Des lotissements oligarchiques
Du beau monde – Le collectivisme pratique – Des HLM, oui, mais pas chez nous
4. La télévision : les guignols de la PUB
Une « révolution culturelle » dans l’audiovisuel
Un feuilleton ubuesque – Tous les coups sont permis
Paroles, paroles…
Les lobbyistes à l’affût  – Et le dépeçage continue – Le rideau de fumée publicitaire
5. Nicolas Sarkozy, avocat d’affaires
Le droit comme propédeutique à la politique
Les études de droit particulièrement sélectives – Le goût du pouvoir – Les avocats d’affaires au cœur du champ politique
Des doubles carrières qui n’en font qu’une
Le président du conseil général plaide pour ses amis
Une belle clientèle
6. État, famille, couple : le mélange des genres
Les eaux usées du Cap Nègre
La vie conjugale à la une
Querelles de famille au château
Le premier tour – Entre les deux tours – Le second tour
Imbroglio autour de l’hôtel Lambert
Un traitement à part – Le patrimoine en folie – Entourloupes présidentielles
Un Grand Paris dont La Défense serait la capitale
Le népotisme comme mode de « gouvernance » – La symbolique de l’homme d’État mise à mal – Le Grand Paris, une réalité déjà ancienne – Les élus locaux court-circuités – La « mobilisation générale » du président – Un Grand Paris au service des puissances financières – Le Grand Paris « managé » par un homme d’affaires – Rapports de forces fluctuants avec les élus
7. Interlude : promenade en sarkozie
L’axe historique, origines et perspectives
Les affaires sur les brisées résidentielles des familles fortunées – Couvrir la RN 13 ?
La Défense ou l’oligarchie faite tours
La concentration des pouvoirs – Une adresse parisienne en banlieue – L’EPAD dans sa tour
Le président de la République dans les réseaux altoséquanais
Neuilly-La Défense : l’axe de la dynastie Sarkozy – Allers et retours entre l’Élysée et les Hauts-de-Seine
Des logements sociaux à la salle des marchés
Des HLM en trop – La Grande Arche – Une faculté départementale – Au cœur des ténèbres
La poursuite de l’axe historique au-delà de l’Arche de La Défense
La Défense investit Nanterre – Nicolas Sarkozy, président des Hauts-de-Seine – La contestation gronde – Une victoire en demi-teinte
8. Les mots pour ne pas le dire
HLM : les réalisations du maire de Neuilly et les discours du président de la République
Neuilly : beaucoup d’ISF, peu d’HLM – Sus à la loi SRU – Transparence des principes et opacité des pratiques – De vrais faux HLM
Immaturité de la finance, solennité doctorale des discours
Enfin une bonne nouvelle : « Les paradis fiscaux, c’est ter-mi-né !!! »
La liste noire des paradis fiscaux – Des placements offshore incontournables – Le prix de transfert – La grande mascarade – Les paradis fiscaux, alibis pour réhabiliter le marché ?
Le feuilleton bancaire
Banques renflouées, peuple floué – Gouvernement et banques de connivence – La planète finance, un monde à part – Les cadeaux ont un prix : la dette publique – Quand l’État organise son insolvabilité
Conclusion. Que faire ?
Restituer l’intelligibilité des rapports de classe
La domination symbolique et la « maladie de la valeur » – La vigilance idéologique : des droits et des devoirs – Faire connaissance avec l’oligarchie
Mettre fin à l’oligarchie politique
Abolir le cumul des mandats – Changer la loi – Rendre le vote obligatoire : une solution à l’abstention ? – Respecter les résultats électoraux
Mettre fin à l’oligarchie économique et financière
Nationaliser les banques – Interdiction de la titrisation et nationalisation des agences de notation – Supprimer la Bourse et limiter le cumul des mandats dans les conseils d’administration – Un impôt progressif, prélevé à la source, sur tous les revenus : activité et capital
Épilogue : que faire des riches ?
Bibilographie.

Des mêmes auteurs